Voici pourquoi Ngoy Mulunda est un menteur, garçon de cour de Joseph

Publié le par ACOVIG association des Congolais pour la justice

Le soit disant Pasteur Ngoy, se debat pour garder sa place malgré tout les maux qu'il a causé au peuple congolais, aura t-il un jour a rendre compte ou à payer ou à s'expliquer devant une juridiction populaire de tous ces tors qu' il a infligé au peuple?? Si tout les énemis du peuple congolais repondrons un jour devant le juge, Ngoy sera parmi aussi.

 

Voici ce qu'il dise, sans avoir honte ni crainte, à travers les médias :  Le pasteur Daniel Ngoy Mulunda n'envisage pas de démissionner
(Afrique en ligne 05/04/2012)  


Le président de la CENI congolaise n'envisage pas de démissionner - Le pasteur Daniel Ngoy Mulunda, président de la Commission nationale électorale indépendante (CENI) ayant organisé les élections présidentielle et législatives de novembre 2011 en RD Congo, rejette catégoriquement les accusations de fraudes et de tricheries émises par l'ensemble des missions d'observation électorale aussi bien congolaises qu'étrangères.

"Qu'est ce que les observateurs électoraux européens savent-ils du Congo?, lance-t-il , dans une interview exclusive accordée à l'envoyée spéciale à Kinshasa du journal belge "Le Soir", en réponse à la demande unanime des missions d'observation en vue de la démission ou au moins du remaniement de la CENI .

" il fallait enregistrer 32 millions d'électeurs et surtout 18.864 candidats. L'entreprise allemande ayant décroché le contrat n'était pas en mesure de fournir les urnes dans le délais, " nous avons dû faire appel à une société chinoise qui a pris le relai, construit et acheminées les urnes par avions dans les bureaux de vote, ceci avec le concours des pays voisins, tels l'Angola, l'Afrique du Sud, la Zambie et l'Ouganda", affirme le pasteur qui reconnaît l'importance des défis logistiques de ces élections.

Le Pasteur a également rejeté les accusations de fraudes au Bandundu, en faveur du président sortant, arguantdu fait que, dans cette province, Antoine Gizenga, leader du PALU, avait donné pour consigne de ne pas voter pour Etienne Tshisekedi "accusé d'être co-responsable de l'assassinat de Patrice Lumumba, Premier ministre du gouvernement congolais en 1960.

"J'aurais pu favoriser mes propres amis, proches du président Kabila, tels She Okitundu, Marcellin Chissambo, Antoine Ngonda et Tshibamba qui pourtant n'ont pas été élus députés", brandit-il en guise de preuve, affirmant ne jamais envisager de démissionner, à moins que le nouveau parlement élu, devant lequel il devra présenter son rapport, le démette de ses fonctions.

Pana 05/04/2012


 

© Copyright Afrique en ligne

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article