RDC: Déficit de légitimité kabiliste

Publié le par ACOVIG association des Congolais pour la justice

Déficit de légitimité

Réélu dans les conditions que l'on sait, le chef de l'État souffre aujourd'hui d'un grave déficit de légitimité. Accusations étayées de fraudes, irrégularités en pagaille, désordre indescriptible lors de la compilation des résultats... pour tous les observateurs indépendants, il est impossible de dire qui a véritablement remporté ce scrutin. Les plus lucides dans le camp présidentiel l'admettent à demi-mot. Cette incertitude nécessite un sérieux recentrage politique. « Les lacunes organisationnelles ne peuvent être niées », avance prudemment Léonard She Okitundu, l'ancien directeur de cabinet à la présidence. « Kinshasa, où la vie est très difficile, nous est hostile. Il faut donc répondre à cette urgence en organisant un sommet social », assure-t-il en insistant également sur la « nécessaire amélioration de la bonne gouvernance pour faire revenir les investisseurs » et la « légitime préoccupation des droits humains pour ne pas prêter le flanc à la critique ». Cela ressemble presque à une feuille de route post-Katumba.

Okitundu n'est pas le seul à tenir ce discours. « L'écurie des modérés » estime avoir le vent en poupe. Leur première victoire est sans conteste la nomination à la primature de Matata Ponyo Mapon. Les arbitrages pour la composition de la nouvelle équipe gouvernementale seront également riches d'enseignement. Le gouverneur de la Banque centrale depuis 1997, Jean-Claude Masangu, a bien du mal à masquer ses ambitions après avoir sponsorisé l'élection de plusieurs dizaines de députés. L'ex-ministre des Infrastructures et ancien négociateur du contrat chinois de 2007, Pierre Lumbi, est officiellement le conseiller spécial du président en matière de sécurité, mais son influence grandissante est beaucoup plus large.



Lire l'article sur Jeuneafrique.com : RDC : Joseph Kabila peut-il changer ? | Jeuneafrique.com - le premier site d'information et d'actualité sur l'Afrique
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article