Pourquoi une Nationalisme anti-français en Afrique et au mali?

Publié le par ACOVIG association des Congolais pour la justice

La nouvelle forme de la francafrique trop atroce et l'interventionnisme de la france en Afrique bien détectée par les africains et les pays arabes comme l'installation définitive du plan d'éxploitation des pays pauvres.

Cette méthode de retour est dénoncée par tout le monde mais malheureusement soutenue par ses alliés et benit par Barack Obama

Amadou Toumani Touré et Nicolas Sarkozy surmonteront-ils les tensions entre leurs pays ?

Nationalisme anti-français

Dès le lendemain de cette déclaration pour le moins maladroite, la presse malienne se déchaînait contre la France. À titre d’exemple, le bihebdomadaire malien « Le challenger » titrait le 10 février : « La France et le Nord-Mali : les masques commencent à tomber ! »

Le climat ne s'est pas amélioré après les propos du ministre français de la Coopération, Henri De Raincourt, le 21 février, toujours devant le Sénat. « Le non-respect des accords d’Alger de 2006, venant après l’échec de ceux de 1992, a incontestablement alourdi le climat entre les Touaregs et les gouvernements maliens », a-t-il assuré.

La présence d’au moins quatre porte-paroles du MNLA sur le sol français n’est pas non plus au goût de tout le monde au Mali. « La manière dont les médias français traitent le dossier des rebelles touaregs n’est pas juste, car ce sont des bandits armés », estime une source proche du gouvernement.

Coopération militaire

Reste que sur le plan de la coopération militaire, Paris continue d'aider Bamako. Notamment en assurant l'entretien complet des avions de surveillance du territoire de type Tétras, offerts au Mali par la France... en dépit du fait que le président malien Amadou Toumani Touré (ATT) a refusé à Nicolas Sarkozy l’installation d’une base militaire française à Mopti dans le cadre la lutte contre Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi).

L'appui de la France à l'armée malienne empêche donc Bamako d’accuser ouvertement Paris de soutenir la rébellion touarègue. Laquelle a bien compris la complexité de ces enjeux, en insistant dans sa communication sur son opposition aux djihadistes. Et en prétendant réussir à lutter contre ces derniers - là où précisément le Mali a jusqu'à présent échoué.



Lire l'article sur Jeuneafrique.com : Rébellion touarègue : pourquoi le Mali suspecte la France de jouer double jeu | Jeuneafrique.com

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article