Mise au point sur le message de Kabila sur la situation sécuritaire au Kivu

Publié le par ACOVIG association des Congolais pour la justice

(Congo Planète 13/04/2012)  

Ces Mardi 10 et Mercredi 11 avril, le Président de la République Joseph KABILA a eu à s’entretenir respectivement avec les officiers de Forces Armées de la RDC et les forces vives du Nord-Kivu, les premières dans la grande salle du gouvernorat et les autres dans la grande salle de l’hôtel Ihusi à Goma.

L’entrée de jeu, le Président de la République a souligné qu’il n’est pas venu de défendre le bilan de qui que ce soit mais que son déplacement à l’Est est motivé par son souci de restaurer la paix dans cette partie.

I. S’agissant de la sécurité, le Chef de l’Etat a axé sa communication autour de six points à savoir :

* Le rappel du processus de paix qui a débuté par la signature des actes d’engagement du 23 janvier 2008, suivi du programme amani puis des accords de paix du 23 mars 2009. L’objectif ayant été de ramener la paix au Nord et Sud-Kivu et de construire une confiance dans les rangs des FARDC.
* L’insistance sur la discipline comme mère des armées mais aussi le rappel à tous les officiers que l’armée congolaise n’a ni tribu, ni province mais qu’elle est nationale et républicaine.
* La suspension du programme amani leo, traduisant « la paix maintenant ». Pour le Président de la République, il ne s’agit pas d’arrêter la traque contre les groupes armés nationaux et étrangers qui sèment désolation ça et là. Il s’agit plutôt de supprimer les structures qui pilotait « AMANI LEO » au profit du seul commandement de la 8ème Région Militaire qui assurera le travail de routine afin d’atteindre les même objectifs que ceux des programmes mis en place jadis.
* La mise en place d’une commission de discipline devant laquelle tous les militaires ayant fait défection vont désormais se présenter et le cas échéant traduit devant la justice militaire à l’issue du travail fouillé de cette commission. A ce sujet, il faut rappeler que les officiers mutins qui se sont rendus auprès des FARDC n’ont plus récupérés leurs fonctions et de, en attendant les enquêtes y relatives et les sanctions qui en découleront.
* L’éclairage de l’opinion sur le dossier Bosco NTAGANDA. A ce sujet, le Président de la République a été plus clair en soulignant que la province du Nord-Kivu et l’Est de la RDC ont longtemps souffert. Que les enquêtes sont désormais ouvertes à ce sujet et que dans la mesure où Bosco NTAGANDA se rendait coupable de l’une ou l’autre infraction, la justice congolaise ne tardera pas à procéder à son arrestation sans attendre la moindre pression de la communauté internationale.
* Au sujet de la tribalisation au sein des FARDC, le Président est revenu sur le caractère républicain de l’armée en soulignant que tout militaire qui le souhaite peut librement quitter l’armée en condition de laisser à cette armée les soins de s’organiser et de s’occuper de lui s’il est d’aventure et s’il reprenait les armes. A cet effet, le Président a confié à ses interlocuteurs qu’au sein des FARDC, il n’y a pas de revendication collective à l’instar des syndicats dans les entreprises publiques ou privées.

II. S’agissant des infrastructures, le Chef de l’Etat a rassuré aux différentes couches sociales réunies ce mercredi 11 avril 2012 à l’hôtel Ihusi que tous les travaux déjà amorcés seront finalisés quel qu’en soit la durée.

Pour le Nord-Kivu, le problème se pose à deux niveaux : d’abord à celui de la société chargée d’exécuter les travaux de la voirie de Goma, ensuite au niveau politique car avant la mise en place du nouveau gouvernement, il serait indélicat de procéder au décaissement des gros montant.

Aussi, faut-il le rappeler, le Chef de l’Etat est revenu sur le dossier du Fonds d’Entretien Routier (FONER) qui devra remplir ses devoirs vis-à-vis des usagers des routes aux fins d’offrir au peuple congolais les meilleures routes.

III. S’agissant des élections, Joseph KABILA, Président de la RDC a réaffirmé son engagement d’organiser celles-ci dans les 26 provinces pour rencontrer les prescrits constitutionnels.

Cette rencontre qui a réuni députés provinciaux, membres du gouvernement provincial, membres du comité provincial de sécurité, partis politiques, société civile dans ses différentes branches (FEC, confessions religieuses, baraza la wazee, associations féminines, conseil provincial de la jeunesse, conférence des chefs d’établissements de l’enseignement supérieur et universitaire, …) s’est clôturé sur une note d’espoir et d’invitation à tous en faveur de la construction d’une paix durable.
vincenordkivu.org - 12 avril 2012

 

© Copyright Congo Planète

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article