Malgré le courroux de l’Opposition/ Assemblée Nationale : Aubin Minaku, Mwando et Kombo aux commandes !

Publié le par ACOVIG association des Congolais pour la justice

(La Prospérité 13/04/2012)

Comme il fallait s’y attendre, l’élection des membres du Bureau définitif de l’Assemblée Nationale de la 2ème législature de la 3ème République n’a pas offert suffisamment de surprise dans la soirée d’hier jeudi 12 avril, au sein de l’hémicycle du Palais du Peuple, à Lingwala. S’étant présenté comme candidat unique au poste de Président du Bureau définitif, l’Honorable Aubin Minaku du PPRD a remporté, haut la main, l’élection avec 343 voix favorables sur les 349 votants. Alors que le poste de 1er Vice-Président a été raflé par Charles Mwando Nsimba devant Ekombe, tous deux de la Majorité Présidentielle. Celui de 2ème Vice-Président est revenu au Président du Bureau provisoire sortant M. Timothée Kombo Nkisi de l’Udps qui l’a remporté avec 312 voix sur les 349 votants. Les postes de Rapporteur, Rapporteur Adjoint ; Questeur et Questeur Adjoint ont été respectivement pris par les Honorables Députés Ezadi Eguma du MSR, Tshimanga Bwana de l’ADR, Elysée Minembwe de l’ARC et Kabuyi Jean-Bosco de l’AFDC. La page est ainsi tournée, pour la vacance au perchoir. La Majorité qui joue à la redistribution des cartes doit aller jusqu’au bout de sa logique, en mettant sur pied un gouvernement en vue de mettre fin au régime des intérimaires. Ceci permettrait, par ailleurs, au pays de fonctionner normalement, plus de cent jours après l’investiture, le 20 décembre 2011, de Kabila Kabange. Au cours de cette plénière, les Députés de l’Opposition ont tenté de bloquer le processus de vote, en exigeant par une motion incidentielle initiée par Jean-Lucien Busa du Mouvement de Libération du Congo, MLC, le retrait de deux candidatures de M. Timothée Kombo Nkisi, au poste de 2ème Vice-Président du Bureau et de Tshimanga Bwana de l’ADR de François Mwamba au poste de Rapporteur Adjoint qui, du reste, devaient revenir, selon lui, à l’opposition, dans l’exercice normal du choix de ses délégués au strapontin de l’Assemblée Nationale. Les deux candidatures ainsi contestées sont apparues aux yeux de l’Opposition comme « une immixtion de la Majorité dans les deux postes réservés à l’opposition. Juste après cette motion, le Président de Céans qui n’était autre que l’un des candidats dont l’opposition a exigé le retrait de sa candidature a momentanément suspendu la séance, pour laisser calmer le tohu-bohu provoqué par un groupe de Députés de l’opposition qui, courroucés, étaient montés à la tribune, en brandissant des cartons rouges, synonyme d’une expulsion de ces deux candidats de l’opposition contestés. Mais, une heure après, Kombo a repris les commandes des opérations jusqu’à l’installation aux abords de minuit, des membres du Bureau Définitif. Entre-temps, l’Opposition, elle, fidèle à ses convictions, a claqué la porte, avant même le début du vote, de crainte de donner, semble-t-il, sa caution, si minime soit-elle, aux résultats grâce auxquels Minaku et consorts auront réussi, ce long jeudi soir, à se hisser au pinacle de la scène parlementaire congolaise. Une heure de suspension après, l’audience suite au brouhaha provoqué par certains Députés de l’Opposition dans l’optique de contraindre le Bureau de l’Assemblée Nationale à entériner leur revendication, le Président de Céans a pu faire intervenir la procédure selon laquelle quatre Députés devaient se prononcer, deux pour, et deux autres contre l’adoption de ladite motion. Ce faisant, deux Députés de la Majorité Présidentielle se sont prononcés contre la motion incidentielle formulée par Jean-Lucien Busa et du côté de l’Opposition, Germain Kambinga a appelé les Députés de la Majorité à jouer un franc jeu, pour obtenir des véritables élus dans le Bureau définitif. Ayant été soumis au vote, la fameuse motion a été rejetée. De ce fait, une bonne partie de Députés de l’Opposition ont claqué la porte de l’hémicycle, pour ne pas cautionner, selon eux, les décisions que les élus de la Majorité auraient déjà arrêtées. La énième désunion de l’opposition Voulant modifier le théorème d’Archimède sur la notion du poids, l’Opposition a désespérément voulu jouer à la pesanteur pour gêner la montée déjà programmée de la machine mise en place par la Majorité parlementaire, tout en oubliant qu’elle ne pesait pas assez sur la balance. N’ayant pas obtenu gain de cause, à cet effet, certains élus de l’UDPS, du RCD/N, de la plate-forme Soutien à Etienne Tshisekedi, SET, ont vidé la salle alors que certains de leurs collègues ont carrément décidé de participer à toutes les échéances du vote. Parmi eux, l’on a noté de grandes figures de l’Opposition politique, en l’occurrence, l’Honorable Christian Badibangi pour ne citer que lui. Pis encore, certains députés Ne-Kongo ont manifesté une certaine insensibilité quant à la question du retrait de la candidature de l’Honorable Timothée Kombo. L’installation du Bureau définitif Conformément aux charges qui leur sont dévolues par la Constitution de la République, notamment, celle d’organiser l’élection et d’installer les membres du Bureau définitif, Timothée Kombo a remis, conformément à l’article 23 alinéa 1er du règlement d’ordre intérieur, le marteau à Aubin Minaku, devenu ainsi le nouveau Speaker de l’Assemblée Nationale. A son tour, le nouveau Président élu a, au nom de ses collègues membres du bureau définitif, remercié tous les Députés, pour la participation aux travaux sans lesquels cette élection n’aurait pas été concrétisée. Aubin Minaku a promis de faire mieux qu’auparavant, dans le vote des lois. Allusion faite, par exemple, à plusieurs arriérés législatifs ainsi qu’à l’absence du Budget, pour l’exercice 2012. L’homme, tout jeune apparemment, veut s’appuyer sur ses deux vieux collaborateurs : Mwando et Kombo, pour marquer les congolais par la qualité de travail. Ceci est une promesse ferme. Du reste, Minaku et consorts seront jugés aux actes.

La Pros.

© Copyright La Prospérité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article