Les médias kinois parlent de Tchichi àla primature de Joseph, quel avenir et changement pour la RDC??

Publié le par ACOVIG association des Congolais pour la justice

Comme Mobutu, Kabila veut tester Tshisekedi à la primature
 
(Direct.cd 06/03/2012)


En principe c’est demain que le Premier ministre Adolphe Muzito, élu député dans la circonscription électorale de Kikwit, dans le Bandundu, doit démissionner. Et avec lui, tous les membres de son gouvernement. Cette information a, du reste, été confirmée par Lambert Mende, ministre de la Communication et des Médias et porte-parole du gouvernement à l’issue de ce qu’on peut appeler le dernier conseil des ministres de l’équipe Muzito tenu le samedi 3 mars à Kinshasa.

Si le départ du successeur d’Antoine Gizenga à la Primature est quasi lié, la question sur le nom de son remplaçant demeure. Il semble que même les analystes politiques de la scène politique congolaise ne soient pas en mesure d’avancer un seul nom avec exactitude. Depuis, les noms des probables primaturables circulent dans la presse ou sous les manteaux.

Du côté de la Majorité présidentielle (MP), bien que Joseph Kabila s’était prononcé -le 20 décembre 2012- le jour de sa prestation de serment pour la formation d’un gouvernement d’ouverture, la guerre est totale pour occupe le poste que va laisser Adolphe Muzito.

Face à la fragilisation de leur protégé dans la presse kinoise depuis quelques semaines, les proches d’Evariste Boshab, secrétaire général du Parti du Peuple pour la Reconstruction et la Démocratie (PPRD) -cité sur la liste des probables primaturables- parlent d’une cabale montée par les ennemis politiques de l’ancien président de l’Assemblée nationale.

Le nom de Pierre Lumbi, le président du MSR et conseiller spécial du chef de l’Etat en matière de sécurité. Le nom de cet ancien activiste de la Société civile a même été cité dans la presse française comme probable successeur d’Adolphe Muzito. Selon des sources proches du pouvoir, cette piste aurait du plomb dans l’aile. En dehors de deux personnalités précitées, on parle également de plus en plus de Matata Ponyo, l’actuel ministre des Finances. Rescapé du dernier crash d’avion de Bukavu qui a coûté la vie à Augustin Katumba, Matata Ponyo, d’après certaines indiscrétions, bénéficierait du soutien des institutions de Breton Wood.

Des sources indiquent que l’homme aurait été reçu par le chef de l’Etat Joseph Kabila aussitôt rentré de son séjour médical en Afrique du Sud. Il semble que c’est sur lui que le n°1 fonde ses espoirs pour remettre l’économie congolaise sur les rails. Reste à savoir si la vision de Joseph Kabila cadrera avec celle de ses alliés politiques de la MP qui attendent des rétributions par rapport aux efforts déployés pendant la campagne électorale.

Joseph Kabila comme Joseph-Désiré Mobutu

En attendant de se rabattre sur les valeurs qui se recrutent au sein de son camp politique, Joseph Kabila serait toujours tenter de donner la Primature à un membre de l’Opposition. A ce sujet, la rencontre entre Etienne Tshisekedi, le leader de l’UDPS et l’ambassadeur de l’Allemagne en RDC a fait dire à certaines personnes que c’était le début de l’amorce du rapprochement entre le chef de l’Etat réélu et son challenger.

«Etienne Tshisekedi n‘a pas saisi la main tendue par Kabila. Une dernière perche vient de lui être tendue par la communauté internationale via l’ambassadeur allemand, qui l’a reçu et qui lui a demandé de proposer une piste sérieuse et crédible à la sortie de crise actuelle. Le temps presse et Tshisekedi doit se faire vraiment harakiri pour accepter de travailler avec Kabila». La même source souligne que «Joseph Kabila, pour sa part, aurait beaucoup aimé travailler avec Etienne Tshisekedi, nous a confié un proche conseiller du président, pour panser durablement les plaies béantes qui infectent la nation».

En effet, des sources racontent que Joseph Kabila se dit prêt à demander au leader de l’UDPS de prendre la Primature ou de lui proposer quelqu’un à ce poste. Réélu, mais contesté dans certains milieux occidentaux, Joseph Kabila veut montrer à la face du monde qu’il est prêt à rencontrer le diable comme aimait le dire le maréchal Mobutu pour ramener la paix au pays. Par ce geste, le chef de l’Etat congolais veut prouver que le problème ce n’est pas lui, mais c’est l’autre. Si Etienne Tshisekedi ne mord à l’hameçon lui tendu par Joseph Kabila, c’est dernier, aurait jeté son dévolu sur Léon Kengo wa Dondo, l’actuel président du Sénat. De toutes les façons, l’énigme reste totale en ce qui concerne le nom du futur Premier ministre de Joseph Kabila.

Thomas NABOR
5 mars 2012

© Copyright Direct.cd

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article