Le mascarade politique de Kabila continu jusqu'à l'assembléé

Publié le par ACOVIG association des Congolais pour la justice

EDITORIAL: Camouflet
(Le Potentiel 16/04/2012)
 


Les deux représentants de l’Opposition au bureau définitif de l’Assemblée nationale sont désignés par la Majorité. Un camouflet fait aux députés de l’Opposition qui siègent au palais du peuple. L’élection de Kombo Nkisi et Tshimanga, respectivement comme 2ème vice-président et rapporteur adjoint au bureau définitif de l’Assemblée nationale, c’est la famille politique présidentielle qui a voté en faveur de ces «opposants». Pour manifester leur désapprobation, les élus de l’Opposition ont quitté la plénière, laissant le soin à la Majorité d’aller jusqu’au bout de sa logique.

«On ne se fait pas de cadeau en politique», murmure-t-on du côté de la Majorité. Dans les mêmes rangs de la Majorité, on rit sous cape : «ne fallait-il pas récompenser Timothée Kombo Nkisi ?». Et Tshimanga ? Pour quel service rendu ? Nul ne le sait. L’élection de Timothée Kombo Nkisi et de Jean Pierre Tshimanga est brandie par l’UDPS comme des pièces à conviction. Le lider maximo de ce parti avait raison sur toute la ligne en décidant d’interdire aux députés issus des rangs de son parti de siéger à la Chambre basse du Parlement.

Pour des observateurs, la Majorité a fait le service minimum, en mettant davantage de confusion au sein de l’Opposition. «C’est de bonne guerre». Les opposants fulminent de colère, mais ils ne disposent d’aucun moyen démocratique coercitif pour contraindre la Majorité à satisfaire les desiderata, légitimes et défendables, soient-ils de l’Opposition. Ce camouflet n’est que le commencement d’une suite qui sera mortelle pour cette famille politique. Il est, certes, vrai que tous les partis ont subi un vote sanction. Il apparaît plus évident que l’Opposition de 2006 est sortie plus que laminée lors de derniers scrutins de 2011, suivant les résultats publiés par la Commission nationale électorale indépendante, CENI.

Avec les déboires enregistrés au niveau de la constitution du bureau définitif, la donne semble n’avoir pas changé. La Majorité a accepté de faire des concessions, mais ne tient pas à perdre l’initiative. Des camouflets, l’Opposition devra s’attendre à en recevoir tout le long de la législature, jusqu’à ce que l’opinion soit convaincue de l’inutilité de faire confiance aux opposants incapables de gagner la moindre bataille au sein des institutions. Il ne reste plus aux opposants que de chercher à sortir la tête haute lors des débats, en prenant des positions qui vont dans le sens de l’intérêt supérieur de la nation.

La Majorité a-t-elle intérêt à avoir en face une Opposition laminée et faible ? C’est une option que de choisir d’affaiblir l’adversaire jusqu’à l’anéantir. Le piège serait de faire le lit de l’UDPS et de son leader. Pour une Assemblée nationale crédible, il faut absolument une opposition parlementaire forte et audible, à coté d’une Majorité compétente et qui gouverne dans l’intérêt supérieur du peuple congolais.

Par Le Potentiel

 

© Copyright Le Potentiel

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article