Le "Congolais" est debout et tient en échec ses ennemis

Publié le par ACOVIG association des Congolais pour la justice

 
Le "Congolais" n'est pas un peuple impuissant et résigné
Le "Congolais" est debout et tient en échec ses ennemis
 
Ça ce n'est pas la résignation, c'est la résistance contre l'agression
 
    Je ne viens pas à vous avec une intentionnalité polémique, je suis d'accord avec vous sur les grandes lignes que vous évoquez, d'ailleurs vous faites preuve de quelqu'un qui connait le dossier duquel il parle.  Ma crainte est celle de vous voir placé comme un arbitre dans ce combat pour donner des bons et mauvais points aux joueurs impliqués dans l'arène du combat de la démocratie.  Il est impérieux par ce temps qui passe que notre communication vers les élus et le peuple soit de plus empathique tant sur le plan du comportement que l'on redoute que du sens véritable de l'engagement au combat.  Cette inquiétude que je ressens à la lecture de votre communication, je la tiens de ce paragraphe qui est extrait de votre texte :
 
    Pour lâopinion, ces attitudes de lâopposition sont assimilées à la compromission, à la peur, à lâaveu dâimpuissance ou tout simplement à lâirresponsabilité politique par rapport à la constitution de la RD Congo. "Avec un peuple impuissant et résigné", il ne faudrait pas que les « élus » de lâopposition adoptent aussi la stratégie de résignation. Une lutte politique sans sacrifices, surtout physiques et matériels, ne peut conduire à un changement démocratique durable. Source : Tharcisse Loseke, Hinterland, le 29 février 2012.
 
    Notre langage doit éviter le prononcé de sentence : "Avec un peuple impuissant et résigné".  Il est dangereux et moins cohérent de réputer ceux que nous voyons de loin comme des fautifs, comme des Perreux et des moins que nous en ce qui concerne la fermeté relativement à nos résolutions.  Cela constitue une erreur grave et peut-être même, notre respect vis-à-vis de ces acteurs de première ligne au fait que notre constat n'est pas sur la territorialité des enjeux exécutoires, mais sur le terrain du jugement des conséquences répertorié avec notre analyse logique qui n'est pas mis en effervescence avec la tension de l'espace politique de l'intrigue.
 
    Cela étant, je reproche à votre texte de dire unilatéralement et d'une manière catégorique et cataphatique que notre peuple est "impuissant et résigné".  Ce n'est pas vrai, sinon il ne survivrait rien de la résistance de ce peuple dans ce que nous avons vu comme continuité de l'action contre l'illégitimité du pouvoir.  La marche des chrétiens du 16 février brimée par les forces de la Police et de l'Armée témoigne de la non-impuissance et de la non-résignation des Congolais au fait accompli.  La puissance et la présence du peuple congolais est dans l'air.  Nous avons même éclipsé Joseph Kabila qui reconnaît par sa vacance au pouvoir l'illégitimité de sa ridicule et fausse victoire.  La même impédance de la force victorienne des Congolais sur le mal poursuit sans relâche Ngoie Mulunda, ce Pasteur malhonnête et vorace des brebis.  Où est-il ?  Il est aussi est invisible du paysage de la République pour la même réprobation que Kabila.  Autant que son chef,  Ngoie Mulunda a peur, il sent dans sa retraite la pointe d'une estocade advenant de la colère du peuple qui le suit à la torche avec Saint Michel dans tous les azimuts de ses péchés spirituels, politiques et sociaux.
 
Trouvons les mots pour exalter le courage vif du Congolais
    Tous les morts que nous enregistrons ne le sont pas à la suite d'une maladie et d'un échec clinique, les Congolais meurent au front.  Voilà pourquoi, à certains passages majeur de votre réflexion, votre texte souffrent de manque de considération des Congolais qui ne sont pas ce peuple que l'on veut faire croire comme pleutre à la face du monde par ceux qui ne nous aiment pas.  Nous sommes, nous Congolais plus patriotes que les Américains, les Russes et les Français pour limiter la liste à ce niveau-là.  Le monde entier nous a agressé par des forces diverses :
  1. Invasions barbares ;
  2. Mercenariat parrainé par les USA et l'Union Européenne, l'élection de Kabila en 2006 avec les armées d'Europe qui refusent de venir se battre pour nous sortir du goulot d'étranglement, mais qui arrivent sur notre territoire pour nous surveiller contre la révolte pour faire passer leur candidat ;
  3. Le viol des femmes, des hommes, des enfants, des nourrissons et des mourants ;
  4. Le pillage systématique de la RDC, etc ...
    Mais à ces impairs contre le "Droit International" avec les Nations-Unies qui violent aussi notre gente féminine, voir le film de Raymonde Provencher de "Radio-Canada" dont le titre est le "Déshonneur des Casques bleus", les Congolais ont réussi à garder imbrisé leur pays sans canon ni armée proprement dite.  Les Congolais ne méritent pas qu'on les minimise.  La Yougoslavie a éclaté, la Tchécoslovaquie a éclaté, la Géorgie a été le théâtre des rudes combats de divorce citoyen entre la Moscou et Tbilissi.  L'URSS a éclaté, mais notre pays pendant cinquante d'agression non-stop tient debout et les puissances planétaires des Armées coalisées et de la Finance sont toujours aux abois de l'échec que les Congolais assènent à leur façade et à leur déguisement.  Donnons à notre peuple le visage d'une puissance qui équivaut celle des Nations et des Institutions internationales qui sont contre nous.  Car, à vrai dire, nous avons battu ces géantes coalitions globales.
 
    Je ne vous contredit pas, je suis d'accord avec vous, mais j'ai voulu vous dire que notre peuple est au front, c'Est pourquoi nous avons tous ces échanges qui n'en finissent pas sur internet.  Nous devons être capable de voir cela avant que l'histoire nous le communique.  Il est indisposant de présenter toujours le "Congolais" dans la posture du perdant.  Nous avons, avec notre lutte usé le pantalon de Paul Kagamé, de Ban Ki-Moon, de Didier Reynders et tous les autres intervenants qui ne viennent en RDC que pour tuer tel que Kagamé et Museveni, sinon flatter le pouvoir comme les différents Ministres belges.  Sans la posture debout des Congolais, nous aurions perdu la RDC.  Les "Mayi Mayi" des origines pas les faux, comme ces intrus du CNDP, du FDLR déguisés en  Mayi Mayi, en FARDC qui opèrent criminellement le jour avec les apparences de la légalité, lesquels deviennent la nuit des dragons de l'apocalypse dans la collectivité nationale.
 
NB : Ne donnons pas des munitions à nos ennemis qui exploitent nos propos en les déformant à leur guise.
 
Djamba Yohé,
Gaston-Marie F.
Le Congolais de l'Atlantique Nord,
Ottawa, le 29 février 2012,
Canada.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article