INSECURITE AU SUD-KIVU: incompétence d'un gouvernement illégitime

Publié le par ACOVIG association des Congolais pour la justice

SUD-KIVU: LA SOCIÉTÉ CIVILE DÉNONCE À NOUVEAU LA SITUATION D’INSÉCURITÉ
(Misna 01/03/2012)
 


Pas moins de 300 personnes ont été assassinées au cours des 12 derniers mois dans la province du Sud-Kivu (Est), soit une moyenne de 25 par mois, ont dénoncé neuf représentants d’organisations de défense des droits de l’homme auprès des autorités locales.

C’est le directeur de la Caritas de Bukavu qui a personnellement remis la plainte des organisations au ministre de l’Intérieur, Etienne Babunga, qui assure actuellement les fonctions de gouverneur du Sud-Kivu dans l’attente des élections locales.

La détérioration de la situation sécuritaire s’inscrit dans le cadre de la reprise des agissements de “forces négatives” étrangères et locales et de certains militaires indisciplinés. Les organisations de défense des droits de l’homme et les mouvements de la société civile appellent les autorités nationales et locales à ouvrir une enquête sur les violences qui affectent le Sud-Kivu.

“Nous sommes consternés par l’impunité, la violence contre des civils innocents, et l’absence totale de valeurs. Nous sommes étonnés par les énormes sommes d’argent versées dans des opérations militaires pour renforcer la sécurité alors que des meurtres, des viols, des enlèvements, des vols et des bagarres se vérifient chaque jour”, s’était insurgé un leader de la société civile locale, contacté par la MISNA en janvier.


(CC/CN)

 

© Copyright Misna

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article